peintures

l’objet de la peinture

confrontation

Quel est aujourd’hui l’objet de la peinture, son objet de confrontation ? L’obscénité d’un monde fracturé, écartelé sur l’impossibilité de lui donner sens ? La réalité d’un modèle à son corps défendant incorporé, violenté en son autre corps ? Sa propre matière, peut-être, en son intime résistance, en sa boue de suggestions ? Je crois que la peinture, aujourd’hui, n’a plus de vis à vis dans l’apparence du monde,  que sa face opposée, son double de peau n’est plus qu’une face de peinture,  un pli de peinture.

Les commentaires sont clos.