articles de jean-paul gavard-perret

Deux articles de Jean-Paul Gavard-Perret:

l’intensité du peu: Fabien claude

Chez Fabien Claude la peinture et la photographie font retour sur elles-mêmes. Cela n’a pourtant rien de narcissique, de complaisant. L’artiste se bat avec ce qu’elles sont entre une présence blanche et une présence noire afin d’incarner des traces d’une essentialité mais qui ne se veut pas essence (entendons par là une spiritualité). Le rien (qui est tout) du corps est là par effet de voile ou de peau. Beckett n’est pas loin. Se retrouve chez le plasticien le même pleurement sans larme dans un combat de la présence avec elle-même. Chaque œuvre ouvre sur l’illisible, le secret. Rien n’est raturé, ou surchargé : tout se met en place pour la stratégie de jaillissement d’un inavouable aveu dont le sens est enfoncé dans l’obscurité. Quelque chose à la fois durcit et flotte sans que le regard puisse retenir la moindre assurance. Dans le noir des espaces blancs s’avancent, surnages, gonflent avec timidité mais acharnement dans l’absence de réponse (l’art n’est pas fait pour ça). Reste ce que Fabien Claude nomme « ce voir aveugle à nous faire signe », cette bouche sans lèvres qui ne peut que ravaler ses mots.

Chaque œuvre renonce aux certitudes, avance vers ce qui ne se perçoit pas encore. Il y à la des mues, des exils, des présences fantomatiques. Celles-ci ne lorgnent pas forcément sur le passé. La présence est autre : elle est celle silence sans nom des profondeurs d’abîme où le sexe n’est pas absent mais ignore sa division factice. A perte de vue et de mots l’image tel un hermaphrodite fait l’amour avec elle-même pour que surgisse le plus profond, le plus naïf et le plus sourd. Sous un univers nocturne où tout se défait la pulsion de vie perdure. Il y à là et par « creux-ation » ce que Beckett nomma les « echoes’ bones ». En ce sens l’œuvre de Fabien Claude jouxte les vanités. Mais néanmoins elle ne cesse de les transcender. Et si l’œuvre dans sa transparence qui ne se laisse pas traverser est douloureuse elle « parle » paisiblement. Elle traverse le corps le plus profond afin de lui offrir une proximité sans approche.

Jean-Paul Gavard-Perret – salon littéraire

Lire la suite

quand le visage perd sa face

Les questions portent en soi déjà un contenu. On pourrait presque s’en tenir là, à cette lecture, dans sa forme de réponse interrogative.

Que regardent tes personnages, si tant est qu’ils puissent encore voir quelque chose à travers la gangue visqueuse qui semble entourer leur visage ?

Rien. Le noir mat d’une pure acuité, sans objet à voir. S’il y a regard, et que ce regard se donne à voir, c’est pour montrer aussi que des yeux pleins de ce noir ne sont pas des yeux aveugles. Qu’il y a un rien voir, au delà de l’interrogation du regard; une sorte de neutralité qui à sa manière, sans vouloir violer cette nuit sur quelque chose à saisir en son fond, donne juste profondeur à ce rien.

Cette « gangue visqueuse », autrefois, on appelait ça, le masque sacré.

C’est quoi cette encre noire qu’ils habitent ?

Est-ce leur créations intime , ou est-ce leur niche écologique naturelle ?

Ce noir d’encre, comme tu le qualifies, c’est lui qui ici même nous fait écrire en devenant l’objet d’une autre sorte d’acuité.

Ce noir n’est pas seulement un habitat, ou en tant qu’habitat c’est lui qui me permet d’envisager la présence elle-même comme un seuil. Le rapport n’est pas entre un lieu et son habitant, mais entre un lieu et son seuil.

Lire la suite

Mamac de Liège

Mamac de Liège

Exposition au Mamac de Liège

Cardiogramme suscite des questions singulières et universelles sur l’essence de l’œuvre, – œuvres de l’ordre de la survie ? – l’intensité qu’elle dégage et a la volonté de vouloir contribuer à une réflexion sur la culture contemporaine de l’image en inscrivant sa ligne de sens sur la notion d’ouverture – laissant de côté les conflits de frontière entre les divers modes d’expression artistiques et leurs publics, entre les artistes reconnus et les artistes « en marge », entre le local, le national et l’international – dans le seul but de nous pencher sur l’art et tout ce que l’on peut savoir aujourd’hui d’un homme concret.

Lire la suite

idées d’artistes

idées d'artistes

Galerie idées d’artistes

Les tressaillements du huis clos

Au bout du chemin sans repère, au creux du huis clos, Fabien Claude traque la fin de la peinture. Au bord de la disparition, ses instables blessures de nuit, habitées de traces, font battre l’écho lointain des meurtrissures vitales.

Il ose le miracle terrible d’exister sans garde-fou, sans barrière et sans masque. Sans histoire, sans narration, jamais la peinture ne s’installe. Elle ne peut faire corps avec la toile…

Lire la suite

la part d’ombre

la part d'ombre

La part d’ombre, Galerie idées d’artistes

Ce que les lumières et les ornières de la culture cachent obstinément, ce que les ordres du jour ne peuvent affronter, la part d’ombre le révèle et dit les trouées de l’être, les corps sacrifiés de nos ombres, et leurs beautés mortelles.

Christian Noorbergen